Comment réussir dans le monde du Football: dois-je simuler?

Le monde est injuste. Toi qui nous lit à 11h du matin avec Motus en fond sonore parce qu’une license d’histoire ne suffit pas plus pour décrocher un CDD, tu le sais mieux que quiconque. Alors faut-il prendre exemple sur Thierry Becarro et souffrir en silence? Afin de ne pas être systématiquement le dindon de la farce, il est de bon gout d’avoir quelques notions de simulation. Décryptage.

D’abord la simulation qu’est-ce que c’est?

Les experts s’accordent pour dire que ce phénomène provient certainement de l’Italie. Le Football ayant été inventé en Angleterre, probablement sous la forme d’un schisme d’avec le Rugby, il envahit ensuite l’Europe pour devenir le sport que nous chérissons. Or, atteignant l’Italie, un phénomène étrange se produisit. Alors que le Foot commençait à prendre pied dans la Botte, celui-ci rencontra l’influence de la culture italienne très empreinte de Commedia Dell’Arte, et enfanta par la même occasion une nouvelle tendance artistique: la simulazion.

masque

Un masque de l’époque de la Commedia Dell’Arte.

L'hommage de Néné.

L’hommage de Néné.

Les Pleureuses (c’est ainsi qu’on appelait les plus grands artistes simulateurs) commencèrent alors à apparaitre sur les terrains de Football. Très vite, la contagion embrase les pays les plus exposés sans qu’à ce jour on n’y ai mis un terme. Les championnats espagnol et portugais (Fado oblige) sont parmi les plus touchés.

Assez parlé d’histoire, passons à l’analyse technique en elle-même. Vous voulez faire comme les plus grands, voici ce que vous devez savoir. Attention: ne faites pas ça chez vous, vous allez inquiétez vos proches.

Les Gestes:

  • Le jeté: ce geste consiste à augmenter artificiellement l’amplitude du saut lié à un tacle par son adversaire, ceci dans l’unique but de faciliter la vie de l’arbitre. Contrairement au sens commun, il n’est pas nécessaire que le partenaire vous touche réellement, ni que vous ayez le moindre élan pour faire un saut de plus de 5 mètres.
Christiano Ronaldo réalisant un jeté.

Christiano Ronaldo réalisant un jeté.

  • Le Plongeon: c’est un incontournable de la simulation moderne, il consiste à simplement s’écrouler en relâchant les muscles pour perdre tout tonus musculaire. Afin d’aider l’arbitre dans son travail quotidien, ceci doit être effectuer à proximité d’un joueur adverse. Ce geste est difficile à réaliser correctement, vous pouvez vous inspirer de cette vidéo pour travailler votre jeu.

  • Le Roulé-Boulé: très en vogue en Italie, cette technique consiste à rouler son corps par terre pour marquer l’importance du choc reçu de la part l’adversaire. Sur un terrain de Football, où les lois de la physique ne s’appliquent pas, il n’est pas rare de voir des attaquants se trainer par terre sur une quinzaine de mètres suite à l’impact du souffle d’un défenseur opposé. Un exemple à la première position de ce top 10 vidéo (à 2 min 25).

  • Libre Style: les figures en style libre sont l’apanage des plus grands. On note parmi elles, l’imposition des mains qui consiste à se prendre le visage à cause de la douleur provoquée par le rapprochement du front d’un adversaire. Ces simulations d’un nouveau type permettent de renouveler la discipline et offrent aux supporters un plaisir toujours renouvelé.

Il existe bien d’autres gestes qui font de la Simulation et des Pleureuses modernes un univers en constante évolution. A noter l’apparition inquiétante de cas de simulation chez les arbitres, à l’image de Monsieur Castro simulant une agression imaginaire commise par Thiago Silva cette saison.

Publicités

Tentation: doit-on soutenir les Français à Roland Garros?

Image

Il n’a pas à s’en vouloir, il n’a pas démérité.

On va pas se mentir, le Foot, y’a que ça qui compte vraiment dans la vie d’un supporter. Le reste des sports, c’est fait pour meubler entre le Foot. La fin de la saison rime, en France, avec un certain nombre d’événements qui permettent de s’occuper la tête, et il en est un qui passionne la France en ce moment, c’est le tournoi de Roland Garros. Vous êtes supporter, vous savez que le sport c’est la guerre des temps modernes, que la victoire est la plus belle chose qui soit. Seulement, à la porte d’Auteuil, c’est la loose depuis 30 ans. Que faire?

  • Supporter les Français quand même: ne nous mentons pas, on ne les aime pas les Gasquet, Llodra et autres Mathieu. Et vas-y que je te change mon polo en cours de match, et que je suis pas d’accord avec l’arbitre, et que je mets des lunettes de soleil et des casquettes à l’envers, et surtout vas-y que je sens une légèèèèère douleur dans la cuisse, résurgence d’une blessure subie au Master 150 de Saint-Bougnard-les-Olivettes (défaite malheureuse en finale évidemment). Les Français sont complètement inblairables et ce, même après leur retraite sportive puisqu’ils sont frappés du même mal que nos amis Footballeurs, ils se mettent au consulting sportif.
  • Regarder sans supporter: la formule de l’apatride. Seulement voilà, on se sent comme un cadre supérieur ayant subtilement gratter ses places pour le 4ème tour du tournoi au CE. Ce sale fils de chien qui applaudit tous les coups gagnés parce que « c’est du beau tennis« . Mais viens faire un tour dans le virage Nord sale baltringue, tu vas voir si tu peux applaudir les buts adverses.
  • Supporter les meilleurs: comme tous nos amis Suisses installés en France pour des raisons évidente de fiscalité, il est aussi possible de supporter Roger Federer. Vous rejoindrez tous vos amis du 16ème arrondissement qui ne veulent pas s’embrouiller avec la Confédération Hélvétique et qui logiquement lachent des « Allez Roger » (prononcé rodjeur). Ces gens ne se respectent pas, ne les respectez pas non plus merci.
  • Parier contre les Français: la bonne formule. Puisque les Français sont des chèvres, autant se faire un peu de cash. Mettez sur l’adversaire ce qui vous seriez prêt à mettre pour que le Français gagne. Si vous avez un peu de coeur, ce chiffre sera non nul. Ainsi, sur le match de Richard Gasquet, alors que le Bittérois menait deux set à zéro face à Wawrinka, un petit billet de 10 vous aurait permis de commencer à économiser pour une Playstation 4.
  • Supporter les Bleus pendant leur tournée: intéressant sur le papier mais le public du Stade de France ressemble beaucoup à celui du Philippe Chatrier (olas, drapeaux, applaudissements…), ajouté à cela les commentaires de CJP et la nausée commence à monter.
Image

Zlatan ne dédicace qu’au numéro un mondial.

Finalement, peut-être que comme dirait les Guignols, il vaut mieux éteindre la télévision et reprendre une activité normale.

La finale de Coupe de France comme vous ne l’avez jamais vue

On a de la chance d'être ici, sur France Télévision.

On a de la chance d’être ici, sur France Télévision.

On va pas se mentir, ce Bordeaux-Evian, combat intérieur de Jean-Louis Borloo dans une réunion ministérielle au moment de demander à boire, n’a aucun intérêt sur le plan du jeu proposé, on a donc décidé de noter tous les acteurs du match sauf les 22 sur le terrain.

 Réalisation: France Télé a mis les moyens, musique de la coupe de France ridicule, l’application sur tablette ou smartphone sur francetvsports pour ne rien rater du match. Même avec ces atouts majeurs, ça sent le 9% de parts de marché. Ça reste un score honorable, il y a quand même Thalassa sur la 3. À noter l’emploi de la caméra super slow motion HD sur Maurice Belay qui dévisse en tribunes, des images rares. Petit plus: le reportage sur les présidents qui remettent les coupes, ça change de la pub pour TeleFoot à la mi-temps sur TF1. 5/10

Maillots: Non mais c’est quoi ces maillots pour Bordeaux? Le col blanc de fraîcheur même pas repassé correctement? (Un conseil pour nos lecteurs de la part de Super Nanny, l’amidon pour un col dur comme du béton.) Les numéros en Comic Sans MS. Tu crois que tu vas les vendre ces maillots? Tu crois que le fanboy il rentre à la boutique officielle de Bordeaux Centre, et il demande un maillot Finale de CDF avec flocage 18?
Pas beaucoup mieux coté savoyard avec un col bleu roi en polymères plastiques qui doit bien gratter. 2/10

Entraîneurs: n’est pas Paganelli qui veut. Le pauvre stagiaire qui a tenté de recueillir les impressions en cours de matchs l’a réalisé à ses dépends. Gillot a porté ses couilles et refusé catégoriquement d’offrir son opinion sur le déroulement de la rencontre au préposé bord de terrain de France 2. Un bon point pour lui, auquel vient s’ajouter la cravate bleue et bordeaux aux couleurs du club, tout a fait dans l’esprit Coupe de France.

En revanche, Dupraz mélange clairement les torchons et les serviettes. Pour lui, tous les diffuseurs se valent alors pourquoi ne pas nous donner son opinion sur le match. Manque clair de self-respect. 6/10

L’ambiance au Stade de France: Une affiche alléchante a permis de remplir la moitié du Stade de France, les roses d’un côté avec leurs drapeaux, les marines avec leur pull sur les épaules de l’autre. Un public qui ne risque pas d’envahir le terrain. Ça tape dans les mains ça siffle. Une ola se prépare à coups sûr. Comme à Roland Garros, les stewarts attendent un arrêt de jeu pour faire asseoir les retardataires.

On aurait aimé une banderole “Pisteurs, Chômeurs, Alcoolos : Bienvenue en Savoie” malheureusement le public n’est pas au rendez-vous. 2/10

Commentaire: un magnifique duo Emmanuel Petit, Kader Boudaoud capables d’amener leur expertise technique et une émotion sans pareil. Kader Boudaoud est à bloc, il la joue cocorico: “François Hollande et Noël Le Graaaét”, prononciation impeccable. Par contre Kader nous a pas gratifié d’un « ssabir rrrlifa » bien prononcé, comme tous les amateurs de streaming apprécient. Malheureusement la sauce ne prend pas. 3.5/10

Florilège:

  • “L’intervention de… Haa il est pas hors-jeu… Ha oui. Hooooooo, hoooooooo, HOOOOOO.”
  • “Haa l’attaquant Malien. Un mètre quatre-ving quatorze.”
  • “C’est bien! Sur les premières fautes, les arbitres ne sont pas là pour faire les gendarmes.”
  • “On va vous faire découvrir cette finale autrement avec le service des sports de France 2”
  • “Les milieux de terrains sont un petit peu aux abonnés absents.” 95% de récupération dans le rond central.
  • “Ya du talent devant avec Saivet, avec Cheick Diabaté évidemment”, putain l’année prochaine t’auras des équipes en Ligue 1 avec des attaques Ibra,Pastore,Lavezzi,Lucas et Falcao,Rodrigues,Moutinho. S’il te plaît Kader, va réviser la définition du mot “talent”!
  • Parlant des limites financières de l’ETG: “Evian s’inscrit dans la nouvelle politique économique qu’il y a dans le football moderne”, Dmitry a tweeté: “Mdr #petit”.
  • “Oh quelle superbe passe… je me rappelle plus qui a fait cette passe.”

Météo: un temps maussade, peu propice à la pratique du football, qui n’a donc pas rappelé les plus grandes finales de la mythique Coupe de France. Se taper le RER B, station Plaine Saint-Denis pour risquer la douche, mauvais esprit. 4/10

La pelouse: pour voir du jeu, il faut un beau terrain. La FFF l’a bien compris et a préféré passer avant les rugbymen. Pelouse impeccable, à l’anglaise. 9/10

Le Trio arbitral: arborant la traditionnelle tenue jaune fluo si chère à nos amis épileptiques, les arbitres ont rendu une copie correcte, malgré quelques problèmes de communication. 7/10

Les sponsors stade: Carrefour, PMU et Brioches Pasquier ont tout misé sur ce match de gala. Ça sent bon la France qu’on aime, celle des Quevilly et autres Carquefou. 7/10

Transferts chocs: à qui profite le crime? Arshavin.

Le mercato n’a pas encore officiellement commencé et déjà Dieu qui se fait une partie de FIFA 13 avec les codes a réussi à finaliser des gros coups: Guardiola et Götze au Bayern (peut être Lewandowski?), Moutinho, Rodrigues et Falcao à Monaco, Neymar au Barça.

Dans l’histoire ce n’est pas forcément ceux à qui l’on pense que le transfert profite. Décryptage.

 Épisode 2 : Arshavin en Azerbaïdjan 

Azerbaiquoi? 24M? Chaud!

La rumeur du jour est complétement folle : Arshavin aurait reçu une offre du Khazar Lankharan, club d’Azerbaïdjan avec un salaire scandaleux : 24M par an, 2M par mois putain ! Le délire total, même Zlatan et Eto’o sont éligibles au RSA en comparaison.

On entend déjà les amoureux du ballon rond tirer la sonnette d’alarme : fair-play financier machin. On va vous expliquer le pourquoi du comment de ce transfert, qui peut paraître au premier abord totalement irresponsable mais qui en fait s’avérerait être un sacré retour sur investissement.

Les retombées économiques pour le proprio:

  • On vous voit déjà venir les minables là avec vos jérémiades : c’est pas rentable, le fair-play financier, scandale, 35h… Déjà si vous aviez pris des cours à la business school, vous seriez pas en train de toucher un salaire minable (400€ pour un stage, toi même tu sais !) mais en plus vous pourriez entrevoir le retour sur investissement. Premièrement, Arshavin c’est un nom dans cette région-là du monde, ça va vendre du maillot. Ok le stade ne peut accueillir que 15000 personnes mais c’est un début. Le patron du club Mubariz Mansimov est le propriétaire multimillionnaire d’un groupe de transport pétrolier. Et quoi de mieux pour promouvoir une flotte de super tankers qu’un mec chargé comme une mule à la vodka qui arrive à claquer des buts à la pelle (v’là la gueule du championnat…).

 

 

  • La vidéo ci-dessus n’a pas été bien accueillie en Angleterre, mais en Azerbaidjan ou en Russie le mec sera un héros. Le Stakhanov des temps modernes: le soir il siphonne plus d’alcool qu’un derrick à plein régime et est opérationel au lever du jour. (Pas le cas de notre ami mineur au-dessous.)

 

 

  • Une boîte de transport pétrolier, ses clients c’est principalement les mecs du Golfe et les russes. Comment leur montrer que t’es un acteur sérieux du business? Tu poses tes couilles sur Nasser et Rybolovlev en faisant signer un alcoolo pour 24M/an. Après tu leur dis que si le contrat de transport de pétrole que tu proposes leur plaît pas, tu fais signer Gourcuff pour 30M/an. Imaginez les demandes de revalorisation qui vont arriver sur les bureaux du PSG et de l’ASM… Un fin stratège ce Mansimov.

Les dommages collatéraux:

  • Premièrement, c’est Florentino Pérez qui a dû salir son pyjama ce matin en apprenant la news. Il a déclaré récemment que Ronaldo était le meilleur joueur du monde et qu’il devait donc être le mieux payé. Si Arshavin signe au Khazar, Florentino fera jouer Cristiano avec les jeunes du centre de formation l’année prochaine après avoir vendu tout son effectif pro. Sauf Casillas, on touche pas aux symboles !
  • Zlatan risque de quitter Paris en deux deux pour une destination plus à l’Est et bien plus rémunératrice: “Je ne connais pas le championnat d’Azerbaïdjan, mais le championnat me connaît”. On change pas un punchline qui gagne!
  • Christian Jeanpierre va nous la sortir à chaque match de C1, « dites moi Arsène, sacré pari sportif de la part de Arshavin de quitter Arsenal comme ça… « 

Transferts chocs: à qui profite le crime? Neymar.

Le mercato n’a pas encore officiellement commencé et déjà Dieu qui se fait une partie de FIFA 13 avec les codes a réussi à finaliser des gros coups: Guardiola et Götze au Bayern (peut être Lewandowski?), Moutinho, Rodrigues et Falcao à Monaco, Neymar au Barça.

Dans l’histoire ce n’est pas forcément à ceux à qui l’on pense que le transfert profite. Décryptage.

Épisode 1: Neymar au Barça

Tout le monde vous dira que le président du Barça sort gagnant, qu’il avait besoin d’un gros coup pour faire oublier le viol en réunion munichois. Ou que c’est Nike qui a perdu Messi et qui profite de Neymar au Barça pour relancer ses ventes de Mercurial Infinite XII à 253€ (45g, les plus légères du marché de la chaussure worldwide) à coup de pubs jogga bonito. Le grand bénéficaire en vérité est brésilien et ce n’est ni Neymar, ni le président de Santos ni Scolari.

Le gagnant c’est Michel Telo. En effet après le carton de son tube Ai se eu te pego (Hé ils sont où tes pogs ? en français), la vibe est un peu redescendue. Le mec s’est acheté un palace dans les hauteurs de Rio et là il faut qu’il rembourse. Son pote et producteur Neymar bouge en Europe, parfait. Il se glisse dans ses valises, fait de la promo en Espagne, vole le maillot de Tello (le joueur), entre sur la pelouse du Camp Nou, lâche une version acapella de son tube en catalan après un but pour célebrer, folie au Camp Nou ! La semaine suivante il est number one du Top 25 catalan (équivalent du top 40 mais il y a que 25 chansons là bas dans toute l’histoire), passe sur tous les plateaux télés espagnols, entretien exclusif avec Christian Jean-Pierre. Solidarité indépendentiste oblige, il organise un tour mondial avec comme concerts Ajaccio, San Sebastian, Irlande du Nord, Tchétchénie, Gaza, Tibet. En devenant la voie des opprimés, il relance totalement sa carrière. Neymar dans tout ça ? Après 3 mois médiocres, on l’oublie aussi vite que Vampeta ou Souza au PSG. Retour au bercail après une saison en Europe. Vous avez dit flop ?

Спортивная ассоциация Monaco

Qui pour arrêter la frénésie recrutrice de l’AS Monaco ?

La phase de mercato n’a pas commencée depuis deux semaines, que le club de la Principauté à déjà mis 70 plaques sur la table.

Albert et Dmitry sont déterminés à poser leurs bourses sur le front de Nasser, et lui expliquer qu’en L1, il n’y a qu’un seul Prince. Et celui la n’a pas attendu de voir Lavezzi à 3 grammes ou Pastore débiter trois mots de français appris pendant le feux d’artifice pour glaner 7 championnats de France.

Et si on mettait 12 plaques pour recruter Nasser et lui faire tondre la pelouse?

Pourtant tout avait plutôt bien commencé. Des joueurs de Ligue 2 expérimentés, un joyaux de River Plate à 18 millions et quelques joueurs de Ligue 1 séduits par un projet ambitieux. Et puis, il y a eu ce titre de L2 péniblement acquis. La fête au Jimmy’s a surement du être trop arrosée, et Dmitry à sorti l’Amex Gold platinium limited. Valdes, en quête d’un dernier défi, d’une maison secondaire et voyant le chômage atteindre des sommets en Espagne, semble être une recrue intéressante. Expérimenté, pas si gauche qu’il n’y parait, c’est un nom qui ramènera du monde à Louis II. Merci pour la montée Subašić, mais casse toi.

Et puis là, coup de grisou. Radamel Falcao. El Tigre, ce qui se fait de mieux en Colombie après un bon arabica. Un mec qui facture 30 buts par saisons, qui se paye des quintuplés, et qui avec les colchoneros se permet  d’humilier une fois de plus le Real Madrid de Morosinho. On parle de 60 barres. Et d’un tandem sexy-chocolat Emmanuel Rivière-Falcao. Et la, Nasser et ses sourires Colgate passent vraiment pour la vieille noblesse qui aurait mal digéré l’instauration des congés payés, et qui se retrouverait à devoir louer sa maison en Normandie en Juillet pour payer les charges. Le problème est là: Ancelotti parti, Thiago Silva qui se fait draguer par le Barca, Van der Wiel qui a encore 4 ans de contrat, le PSG se cherche et n’a pas trop de solutions à l’heure actuelle. Certes tout reste à faire pour l’ASM, il manque du monde en défense et l’équipe reste déséquilibrée. Mais on ne peut s’empêcher de saliver à la vue d’un Monaco-PSG. Le principato en somme.

Bon aller Leonardo, oublie ta suspension, met tout le monde d’accord et fait venir Cavani. Ibra dans la dernière passe, Cavani à la conclusion, Rooney sur le banc. O Mostro se chargera de ridiculiser ce mec, avec sa vieille dégaine de bras droit d’un baron de la drogue, dans une mauvaise série B ou le réalisateur aurait saigné le budget pour faire jouer Steven Seagal.

Aller salut les baltringues, je vous laisse vous branler sur les vidéos de Neymar.

Mendoza

Comment réussir dans le monde du Football: Etre entraineur qu’est ce que c’est?

The Eye of the Tiger: l’élite du coaching à la française.

Qui ne s’est jamais rêvé entraineur de foot? Qui n’a jamais critiqué tel ou tel tacticien pour sa gestion a posteriori désastreuse d’une rencontre décisive ? Le Dernier Défenseur s’attarde aujourd’hui sur un poste clé du football moderne : l’entraineur. Car on a bien envie de croire qu’avec un vulgaire CAP Football Manager 2013, on peut gérer une équipe. Mais en fait c’est plus dur que ça. Passage en revue des différents skills d’un entraineur aussi solide que le Mou.

  • Savoir lire et écrire : c’est la base, nombreux sont ceux qui se présentent à des entretiens d’embauche pour devenir coach sans savoir lire et écrire. Or c’est une condition essentielle. Ceci semble frustrant quand on sait qu’on ne réclame pas une compétence aussi avancée pour un joueur de champ. Malheureusement, pour gagner le respect de son vestiaire, il faut savoir lire et écrire.
  • Savoir compter : on ne demande pas à un entraineur de savoir compter au delà de 100. En effet, la plupart des joueurs, même les plus idiots, ne prennent pas de numéro de maillot supérieur à 99. Evidemment, avoir un Master en Statistique option Canal Plus est très avantageux en conférence de presse d’avant match. Rien n’intéresse plus un journaliste sportif qu’une statistique peu éclairante telle que « Vous savez, toutes les fois où Gueugnon à encaisser plus de 3 buts dans le premier quart d’heure, l’équipe s’est inclinée. Donc notre objectif c’est d’être très compact les 15 premières minutes. »
  • Savoir faire des flèches : idéalement des flèches courbées. Elles sont en effet essentielles lors du briefing tactique. On gagne énormément le respect de ses joueurs si l’on maitrise bien le tracé de flèches sur paperboard.
  • Savoir répéter: il est capital de savoir dire la même chose avec des mots différents dans le milieu de l’entrainement. La conférence de presse post-match est un endroit très propice à l’utilisation de cette faculté. Lorsqu’un entraineur est sur le départ, par exemple, la question : « Alors, vous partez ? Vous allez où » se voit posée en permanence. Être capable de dire poliment : « Je sais pas, je fous la pression à la direction pour faire monter mon salaire.» sans avoir l’air de se répéter est fortement recommandé. Par exemple, dans cette vidéo.
  • Savoir faire des changements : peu de chose à dire sur les changements. Il faut savoir que dans le football moderne, le changement sert essentiellement à perdre 2 minutes quand on mène au score en deuxième mi-temps. Rappelez-vous de bien choisir les joueurs les plus éloignés sur le terrain. Un changement à la 90ème minute est aussi vu comme un gage de grande sagesse. N’hésitez pas à vous en servir.
  • Savoir gueuler : il est essentiel de savoir gueuler pour rien quand on est entraineur. Le mieux, c’est de gueuler dans une langue qui n’est pas familière à l’arbitre, de cette façon on est jamais expulsé, et le message de protestation ne passe pas. S’offusquer pour rien est un art, et il est d’autant plus savoureux que l’on critique l’arbitrage d’un fait de jeu qui est était bien trop loin pour être aperçu. Par conséquent, nous vous recommandons au moins un diplôme d’arbitre-bashing option canal football club.

Si vous avez toutes ses qualités, vous feriez un excellent coach. Malheureusement l’offre est bien inférieure à la demande, ce qui entraine des salaires mirobolants parmi l’élite (wait… what ?).