Leçon de vie n°2: Pratique de la mauvaise foi en environnement vidéoludique

Après tout, ce n'est qu'un jeu.

Après tout, ce n’est qu’un jeu.

Etre une grosse merde, ca n’est pas une fatalité (quoi que). Alors si vous aussi vous êtes une immense quiche à FIFA, l’équipe du Dernier Défenseur vous donne les clés pour embellir vos après-midi chômage et autres samedis soir entre couilles. Comment ne pas perdre la face quand on a la loose virtuelle? Voici les clés:

Le fair-play de l’adversaire: la principale technique est d’harceler l’adversaire en expliquant qu’il a volé la victoire. Votre arme: le but saucisson. Si un cafouillage en surface précède un but de votre partenaire de jeu, brisez-le intellectuellement: « Super, magnifique but! Le prochain c’est carrément l’arbitre qui va le mettre pour toi?« .

Votre état de santé: fatigue, ballonnements, règles douloureuses seront vos outils pour expliquer une méforme en jeu. Rappelez-vous vos années collège quand tout était motif à vésqui les cours. Plus c’est gros, plus ça passe comme dirait votre maman. Le conseil de la Redac, faites semblant que vous allez vomir si vous êtes mené 5-0 par Marseille alors que vous jouez Barcelone. Personne vous en voudra si en faites vous ne vomissez pas.

La manette: c’est le chainon décisif entre l’homme et la machine. Une hésitation de sa part et votre jeu tombe à l’eau. Jetez votre manette par terre en hurlant qu’elle ne comprend pas ce que vous lui demandez! Personne ne peut vérifier ce que vous avez vraiment demandé, sauf si vous êtes connu pour votre mauvais esprit et que quelqu’un surveille ce que vous faites. Si vous en êtes là, changez de méthode.

La console: latence? scintillement? mauvais placement de la mini-map? Tout est bon pour dire que la console joue contre vous. Idéalement, ayez des connaissances techniques sur le hardware de la machine, ajoutées à des informations prétendument lues sur Internet et dénonçant certains défauts connus du jeu sur cette plateforme. Exemple: « putain ca rame, la console arrive pas à gérer quand y’a 14 joueurs en surface, c’est connu, ils en ont parlé sur jeuxvideo.com ».

Le jeu lui-même: la physique du jeu peut vous jouer des tours, mais seulement quand vous perdez (« PUTAIN c’est quoi cette passe?? Je voulais pas la mettre là!« ). Usez et abusez du mode ralenti pour prouver votre bonne foi: « c’est quoi ce rebond à la con??« . Le Graal du mauvais perdant, c’est la vidéo montrant que le ballon a traversé un polygone qu’il n’était pas sensé traverser. Plus rien ne peut vous arrêter. La victoire de votre adversaire aura un goût de cendre.

L’environnement immédiat: une bonne technique consiste à faire porter le chapeau à ce qui vous entoure. Un pote qui passe devant l’écran et vous serez évidemment déconcentré pendant toute la mi-temps. Une discussion s’amorce, un morceau de musique est diffusée, une vidéo Youtube lancée, tout est bon pour préparer le terrain en cas de défaite. Un conseil: si vous n’êtes pas en difficulté dans le match mais que vous prenez les devants au cas où, ne hurlez pas. En effet, ceci risque de mettre l’autre joueur en position d’avantage psychologique sur vous. Si vous criez, c’est que vous êtes pas serein.

Le dernier recours, marquer contre son camp: quoi de mieux pour ôter toute la saveur de la victoire pour son adversaire qu’en pourrissant sciemment la partie. Comment? En allant marquer contre votre camp, si possible en traversant tout le terrain. Jouez-la relax: « ha bah ca y est le jeu me laisse enfin marquer, je croyais que ca arriverait jamais« . Il est possible que votre adversaire vous insulte et/ou use de violence sur votre personne, tant cette méthode est vile et basse.

Le dernier des derniers recours, débrancher la console: vous allez vous faire haïr mais il existe encore plus radical que le CSC, il s’agit de débrancher purement et simplement la console. Si je perd, tout le monde perd. Alors attention, d’abord il vaut mieux que ca soit la votre, de console, parce que sinon le propriétaire va s’énerver. Ensuite, il faut savoir que ceci entrainera une confrontation physique dans 60% des cas, surtout si vous déclarez: « t’as pas gagné, le match était pas fini, on sait pas qui a vraiment gagné« . A vos risques et périls.

Leçon de vie n°1: les beaux loosers

Chers Lecteurs,

Cette rubrique a pour but de développer quelques concepts bien connus du football, et du sport en général. Loin de nous l’idée de vous apprendre la vie. En fait si, nous sommes la pour ça.

Les beaux loosers: définition

Équipe qui, lors d’une compétition ou d’un championnat, aura perdu de façon méritante. Par son jeu, par son courage, elle aura suscité l’admiration des spectateurs, et plus largement la reconnaissance.

La loose, la vraie

Déjà on parle d’une belle connerie. On parle d’une équipe pas foutue de gagner, alors que soi-disant leur jeu était plus agréable à regarder, plus innovant. Un peu comme ce salarié sympa du 2ème étage, que tout le monde adore mais dont le poste n’a pas évolué depuis 5 ans et qui se branle sur sa « prime d’efficacité », ou son « ratio de prospects satisfaits ». Mais on s’en fout, l’important, c’est le résultat. On ne se souvient jamais du deuxième, et je ne préfère pas parler des autres. Vous croyez vraiment que le mec est content quand on lui sort:  » tu t’es entrainé depuis 5 ans pour cette compétition, tu as fait tous les bons choix sportifs, tu as perdu mais ce n’est pas grave. L’important c’est de participer ». Avec les chiffres du chômage, va expliquer à un mec que tu vires parce qu’il coûte trop cher que son travail est apprécié. Je suis certain qu’il te fera un grand sourire. Enculé.

Le Borussia Dortloose

Cette équipe a été très méritante, et par son jeu léché a réussi à se qualifier pour la finale de C1. La talentueuse jeunesse allemande, un stade rempli de supporters, les plus beaux tifos. Une émotion à chaque rencontre.

Mais on s’en bat les couilles! Un clochard comme entraîneur qui ne fera rien dans un autre club, la moitié de l’équipe composée d’hipsters. Sans déconner les mecs sont juste bons à aller boire des bières à Kreuzberg et écouter de la minimale après avoir pris des prods à Berlin Est.  On en parle de cette qualification contre l’équipe bannie de l’UEFA? Deux buts hors-jeu lors des arrêts de jeu après avoir subi tout le match? Un public de chômeurs qui n’a rien d’autre à foutre de la semaine que de faire des tifos? De la triche à grande échelle, et une chatte grande comme celle de ta mère. En plus, une réputation « d’équipe à la mode ». Nous reviendront sur ce sujet tout aussi écœurant.

250011791

Hipster et fier de l’être

Mais sans déconner. En face c’est le Bayern. Des darons mariés, qui se lèvent tôt et se rasent le matin. Schweinsteiger, Lahm, autre chose que ces 10 polonais aux noms imprononçables qui jouent à faire des passes façon Barça. Ça met des frappes, ça joue physique, ça gagne le championnat à 5 journées de la fin. Là on est dans l’efficacité, la gagne. On ne pleure pas après la pilule de l’an dernier, on se met au charbon et on y retourne. La Bavière que l’on aime, le poumon économique de l’Allemagne. Un beau looser, c’est 23 Bundesliga et 5 Champion’s. Pas une ville de merde jumelée avec Amiens.

Bref, tout cela pour dire, chers lecteurs: La gagne, la gagne, la gagne.

Allez salut les baltringues, je vous laisse attendre la signature de Falcao. 3 jours de visite médicale, on plaisante pas à Monaco.

Mendoza